1 Quelles étaient vos représentations du métier d’animateur avant de l’exercer ?

mardi 16 novembre 2010

François Mesmin, agent de développement au centre socio-culturel CAF de la Grâce de Dieu : La diversité ! Il existe un champ et un potentiel d’actions possibles très large. La base de l’animation reste pour moi, la mise en mouvement du/des territoire(s) dans le champ de l’humain mais tout n’a pas encore été exploré - même si on distingue les contours. C’est la professionnalisation du métier et le cadre institutionnel de plus en plus précis qui affinent d’après moi cette représentation. La reconnaissance se fait progressivement : avant, quand on tapait « animateur » sur internet et on en était à la catégorie de l’animateur télé ou de l’animateur de supermarché. Aujourd’hui ce n’est plus le cas !

Claire Chambellan, coordinatrice jeunesse Intercom Cabalor : Au départ, il s’agissait de trouver un job d’été pour se faire un peu d’argent agréablement, et de centrer sur l’activité pour « occuper les enfants »…

Sylvie Tacoen, éducatrice spécialisée Acsea : Un souci plus important d’être dans les « clous » concernant la législation (taux d’encadrement, règles de sécurité …).

Sylvie Skaza, directrice du centre sportive Normandie Pays d’Auge : Je n’ai pas imaginé au départ que c’était un métier, c’était très loin de mes préoccupations professionnelles. J’avais juste envie de m’investir et de donner de mon temps personnel pour les enfants.

Jean Huguet, conseiller municipal délégué à la jeunesse, Mairie de Mondeville : Je voyais l’animateur comme un acteur de centres de vacances, dans une dynamique de loisirs et de temps libre, mais pas nécessairement au sein d’une collectivité.

Madame Devieilhe, Maire adjoint à Ifs, chargée des questions jeunesse : Chargé des « loisirs », l’animateur se doit d’être aussi éducateur, psychologue, relai et aide parental, gestionnaire de budget, rédacteur de rapports divers, membre d’une équipe pédagogique, il se doit de faire siennes les conceptions éducatives de ses employeurs (association, ville, parents, entreprise…) doué de créativité, il aura une « spécialité » qui lui servira d’interface dans sa relation au public

Isabelle Petitpas, directrice adjointe AMVD Caen : L’animation volontaire, les temps de vacances, le fait de proposer des loisirs à des publics enfance/jeunesse.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 50875

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Archives "Label" et "Charte Qualité"  Suivre la vie du site Les Echos du Label   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.12 + AHUNTSIC

Creative Commons License